crédit photo : Cédric Bonvoisin

Notre association est en train de créer une école en forêt, dans les Monts du Lyonnais. En attendant l’ouverture de l’école, voici quelques éléments.

On a besoin de vous 🙂

  • Le projet pédagogique sera bientôt disponible 
  • Des familles s’impliquent dans l’association

Mais nous recherchons un lieu d’implantation, dans les monts du lyonnais, à 30 min maxi de Ste Catherine (69440). Nous avons besoin d’un espace constructible où placer notre yourte de 53 m² ou bien d’un bâtiment existant qui puisse être adapté aux normes ERP (Etablissement Recevant du Public). 

Il faut également que ce lieu soit accessible aux véhicules pompiers ou aux personnes à mobilité réduite, tout en étant au plus près de la forêt, dans un espace sécurisant pour les enfants (éloigné des axes routiers ou autres dangers potentiels). Pour permettre une immersion réussie, nous recherchons un espace forestier préservé, sans grande exploitation. 

Enfin ce lieu pourrait aussi avoir comme vocation d’ être une pépinière d’ateliers, de rencontres et d’échanges, de formations. 

Pour nous aider, n’hésitez pas à nous contacter !

Les bienfaits des activités en nature

Les activités en nature ont des bienfaits sur la santé, les apprentissages et contribuent au développement durable d’une façon naturelle.

Bon nombre d’études démontrent les bienfaits de la nature sur la santé. Les bénéfices d’un environnement naturel sur la santé mentale, physique et émotionnelle font consensus.  Les espaces naturels et leur diversité améliorent par ailleurs le système immunitaire (Rook, 2013) et diminuent le stress (Kuo, Barnes & Jordan, 2019). 

L’activité physique dans un espace extérieur a un impact positif sur le développement moteur (Zeng et al., 2017), les apprentissages et le développement cognitif (Sibley & Etnier, 2003), notamment sur l’attention, la mémorisation et les fonctiones exécutives (Greef, Bosker, Oosterlann & Visscher, 2017), ainsi que sur le vocabulaire (Praag, 2009) et le comportement en classe (Spitzer & Hollmann, 2013). Ces bénéfices sont observés à partir d’une durée minimale de 10 minutes d’activité physique (Howie, Beets & Pate, 2014). Les activités en nature participent ainsi à réduire les problèmes de santé liés à la sédentarité croissante des sociétés modernes (ex. obésité, diabète, allergies, maladies cardio-vasculaires, asthme, myopie, …).

Selon la Constitution de l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS), un des droits fondamentaux de tout être humain est la possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre. Les activités en nature y participent.

Outre ces bienfaits pour la santé et le développement moteur, cognitif et social, les activités en nature ont des bénéfices pour les apprentissages. Enseigner dehors permet d‘atteindre de meilleurs résultats scolaires, notamment en langues, mathématiques et sciences (Kuo, Barnes & Jordan, 2019). La nature crée un contexte favorable : l’environnement calme et sécuritaire est propice aux apprentissages (Maynard et al, 2013 ; Nedovic & Morrissey, 2013 ; Chawla et al, 2014). Les situations d’apprentissage sont globales, font appel à tous les sens et, en partant de l’expérience concrète, facilitent la réflexion abstraite tout en faisant “sens” pour l’apprenant. Celui-ci s’engage davantage dans la situation d’apprentissage (Kuo, Browning, & Penner, 2018) et est plus motivé (Blecker et al, 2017).

Par ailleurs, des sorties régulières cultivent des compétences sociales telles que la collaboration (Scott & Colquhoun, 2013), la communication, la créativité et l’esprit critique (Malone & Waite, 2016).

Un résineux devient un triangle dont il faut calculer la hauteur, une fourmilière et des champignons des sujets d’études pour comprendre la décomposition de la matière organique et le cycle du vivant. L’observation silencieuse de la pluie qui tombe est une ouverture pour un atelier poésie ou musical, un tronc d’arbre couché, l’occasion de faire des exercices d’équilibre…

Suivant la maxime “On apprend à protéger ce que l’on aime, et l’on aime seulement ce que l’on connaît bien”, l’immersion en nature nous semble essentielle pour permettre aux enfants de s’imprégner de leur environnement, de créer un lien émotionnel fort et, ainsi, de développer chez eux un élan naturel pour le protéger. Outre l’approche naturaliste, qui consisterait à apprendre le nom d’un épicéa, par exemple, notre approche est de connaître son odeur, la rugosité particulière de son écorce, sa couleur subtile, les interactions qu’il entretient avec des animaux en fonction des saisons, comment est le sol à son pied… Tout cela ne s’apprend guère dans un livre, il faut le vivre, l’expérimenter par soi-même, pour pouvoir un jour en forêt retrouver un autre épicéa, juste à l’odeur par exemple. 

Projet d’école

Nous prévoyons d’accueillir au cœur de la forêt les enfants de la petite section maternelle à la fin du cycle élémentaire, en deux classes multi-âges (3-6 et 7-11 ans), favorisant l’apprentissage par les pairs et la coopération. Les classes ont un effectif d’une dizaine d’enfants maximum. Les enfants seront accompagnés par des personnes qualifiées, répondant aux exigences de diplômes de la loi Gatel : un-e enseignant-e et une pédagogue par la nature, ainsi que par la directrice de l’école et des bénévoles. 

L’école de l’association “Les voies de la forêt” sera une école alternative et hors contrat, elle se conformera à l’article L. 131-1-1 du code de l’éducation en respectant l’instruction obligatoire des élèves dès 3 ans. Elle permettra aux élèves l’acquisition progressive du socle commun défini à l’article L. 122-1-1, en lui garantissant l’acquisition des instruments fondamentaux du savoir, des connaissances de base et des éléments de culture générale. Comme toute école indépendante, elle sera entièrement libre dans le choix des méthodes, des programmes, des livres et des autres supports pédagogiques, selon l’article L 442-3 du code de l’éducation. 

La plupart des connaissances et compétences du programme scolaire vont être acquises naturellement durant une journée type de l’école en forêt (activité physique, découverte du monde, langage,…). Des activités complémentaires permettront d’acquérir d’autres connaissances (explorer les formes et grandeurs, le langage écrit…). Nous donnons une grande importance à ce que ces connaissances soient transmises avec simplicité (grâce à un matériel qui provient de la nature/en se servant des saisons), avec joie (par le jeu), et avec rigueur (répétitions et tenue d’un cahier d’observation). 

Le projet pédagogique de l’école en forêt sera bientôt disponible pour compléter le projet éducatif.

L'école en forêt

École en forêt : école privée, hors contrat (3-11 ans)

Instruction

L’école se conforme à l’article L. 131-1-1 du code de l’éducation en respectant l’instruction obligatoire des élèves dès 3 ans.

Acquisition du socle commun

L’école  permet aux élèves l’acquisition progressive du socle commun défini à l’article L. 122-1-1, en lui garantissant l’acquisition des instruments fondamentaux du savoir, des connaissances de base et des éléments de culture générale.

Méthodes libres

Comme toute école indépendante, elle est entièrement libre dans le choix des méthodes, des programmes, des livres et des autres supports pédagogiques, selon l’article L. 442-3 du code de l’éducation.

La plupart des connaissances et compétences du programme scolaire vont être acquises naturellement durant une journée type de l’école dans la forêt (activité physique, découverte du monde, langage,…). 
Des activités complémentaires permettront d’acquérir d’autres connaissances (explorer les formes et grandeurs, le langage écrit…).

Nous donnons une grande importance à ce que ces connaissances soient transmises avec simplicité (grâce à un matériel qui provient de la nature/en se servant des saisons), avec joie (par le jeu), et avec rigueur (répétitions et tenue d’un cahier d’observation). 

Questions / réponses

Quand se feront les pré-inscriptions ?

Dès que le lieu sera identifié et validé avec la commune soutenant. Le plus tôt : fin mai 2021, au plus tard mars 2022.

Où se situera l’école ?

Notre souhait actuel : Dans les Monts du Lyonnais, dans un rayon de 30 minutes autour de Ste Catherine, sur un espace le plus naturel possible, à proximité directe d’une forêt, et à distance d’un axe routier important pour la sécurité. Concrètement, il faut que l’on puisse être en forêt toute la journée. Et il faut soit un espace dégagé ou poser une yourte, soit un bâtiment qui peut être mis à disposition de l’association.

Qui seront les enseignants ?

Nina sera directrice, Julie prendra en charge les temps de connexion à la nature et une enseignante/un enseignant sera recruté.

Quels seront les horaires ?

Les enfants seront accueillis comme dans une école classique avec des arrivées et des départs échelonnés entre 8h30 et 9h30 le matin, et 16h30 et 17h00 le soir.
Sont à réfléchir avec les parents : les possibilités de garde avant 8h30 et après 17h. la possibilité pour les enfants de maternelle de ne venir qu’à la demi journée s’ils le souhaitent.

Quels moyens de transport ?

Organisation de covoiturage avec les parents : on peut imaginer une création d’un groupe (What’s app, Signal...en fonction des habitudes des familles).
En fonction de la commune, on pourrait aussi imaginer demander de participer au ramassage scolaire. Parfois certaines associations ou communes disposent de navettes qu’elles peuvent mettre à disposition.